en 
 
 
cinema

 
 

Peter Pan (à partir du 30 septembre)

le  30/09/2017   au théâtre Bobino, 20 rue de la Gaîté 75014 Paris (chaque samedi à 14h00 et pendant les vacances scolaires, tous les jours à la même heure)

Mise en scène de Guy Grimberg avec Thibaut Boidin, Delphine Le Moine, Matthieu Brugot, Emilie Vidal, Marie de Oliveira, Marianne Millet, Christophe Touraud, Régis Chaussard, Sarah Filc, Audrey Fayolle, Camille Martinez, Deen Abboud,... écrit par James Matthew Barrie




Vous qui désespérez de ne pas trouver un vrai spectacle de qualité pour les enfants dès 4 ans digne de ce nom, à la hauteur de vos attentes et bien adéquat en pareille occasion, ne cherchez plus, la comédie musicale Peter Pan est celle qu’il vous faut, autant pour vos samedis après-midi que pendant leurs périodes de vacances scolaires !
C’est exactement le genre de divertissement familial que l’on attend avec impatience pour distraire aussi bien nos chères têtes blondes que leurs parents, servi par une troupe très homogène et fort représentative d’une bonne quinzaine de comédiens sur scène à la fois enthousiastes et talentueux, composée principalement de jeunes capables de tout faire (jouer, danser et chanter), tous aussi truculents et espiègles les uns que les autres, rehaussée par quelques adultes oh combien savoureux, l’ensemble dans une mise en scène tout à fait classique, certes traditionnelle dans son déroulé mais pas une seule fois tape-à-l’œil dans sa conception, sachant respecter la version originale à la lettre, que ce soient la présence des personnages, les différentes situations rencontrées, ainsi que les lieux traversés, à la fois multiples et variés.
En effet, fidèle à la célèbre œuvre de l’auteur écossais James-Matthew Barrie, créée en 1904, qui vantait les mérites de ne jamais grandir et de rester éternellement jeune tout en s’amusant, ce conte universel sous forme de spectacle musical créé par Guy Grimberg, à la fois joyeux et enlevé, n’oublie pas de garder une âme d’enfant dans sa représentation, et un esprit jovial dans sa narration. Néanmoins, elle se permet quelques légers aménagements, histoire de coller le plus possible à l’air du temps, comme la présence d'intermèdes sous forme de fondus enchainés à travers un écran géant diffusant des tableaux animés et venant ponctuer aussi régulièrement qu'astucieusement les baissés de rideaux lors des nombreux changements de décors (et il y en a dont certains plus fournis que précédemment !), des chansons en live revues et corrigées pour l'occasion, des acrobaties sporadiques et des pas de danse chorégraphiés, dans l’air du temps pour ne pas dire branchés afin de plaire à tout le monde (un peu de hip-hop de circonstance, de la ballade irlandaise à la manière de Riverdance, et même des chants indiens d’Amérique).
Pas surprenant qu’après cela, la salle de Bobino, qui se prête parfaitement à ce style d’interventions cadencées, soit pleine d’enfants comme d’adultes, émerveillés par tant de fantaisie enchanteresse, de sensibilité délicate, d’action virevoltante, de costumes chatoyants, de musicalité ambiante, de poésie merveilleuse et de féerie imaginaire, envol aérien compris ! Il suffit simplement d’admirer le regard aussi rêveur que chaviré de vos chérubins à la sortie de la salle pour s’en rendre compte, assurément. Bref, la magie opère toujours, même après 3 saisons bien remplies....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique