en 
 
 
cinema
Théâtre nouveautés festival   > actu <

 
 

- expo : Exposition Hypnose au musée d'Arts de Nantes (jusqu'au 31 janvier 2021)

le  16/10/2020   au musée d'Arts de Nantes, 10 rue Georges Clémenceau 44000 Nantes (ouvert du lundi au dimanche, de 11 h à 19 h, nocturne le jeudi jusqu’à 21 h - fermé le mardi. fermé les 1er/01, 1er/05, 1er/11 et 25/12)

Mise en scène de Sophie Lévy, directrice, conservatrice du Musée d’arts de Nantes, et Pascal Rousseau, professeur à l’Université de Paris I PanthéonSorbonne et à l’École des Beaux-Arts de Paris, assisté de Louise Denis, historienne de l’art avec des peintures, des photographies, des objets, des gravures, des vidéos... écrit par ou plutôt proposé par Sophie Lévy, directrice conservatrice du Musée d’arts de Nantes




L’hypnose endort, l’hypnose fait peur, l’hypnose amuse. L’hypnose n’est pas souvent convoquée dans les musées, probablement pour ces trois raisons réunies. Alors même qu’elle connaît aujourd’hui un net regain d’intérêt dans la culture scientifique et les imaginaires populaires, peu de cas semble accordé au rôle qu’elle a pu jouer dans le champ de la création où elle est pourtant omniprésente, de manière délibérée ou inconsciente, de Gustave Courbet à Auguste Rodin, en passant par Salvador Dalí.

L’exposition Hypnose se propose justement de relire, pour la toute première fois, les liens étroits que les pratiques artistiques ont pu entretenir, tout au long de la modernité, avec une histoire culturelle de l’hypnotisme, de Mesmer à nos jours. C’est là une autre manière d’instruire une chronique des dispositifs d’emprise et d’attraction exercée sur le spectateur à l’âge moderne, une histoire qui reste à écrire.

Insistant sur la diversité des médiums associés à cette lecture hypnotique de l’art, l’exposition couvre tout le champ des arts visuels et vivants de la peinture à la sculpture, du cinéma à la performance pour explorer, plus avant, l’intérêt des plasticiens, musiciens ou danseurs pour les modes de transmission de l’émotion sous état modifié de conscience.

En écho à un parcours historique ouvrant à la fin du 18e siècle pour conclure avec la création contemporaine, un deuxième volet occupera l’espace de la Chapelle de l’Oratoire, avec une installation multimédia de l’artiste américain Tony Oursler, spécialement conçue pour cette exposition.
Des saynètes vidéo, proches de l’esprit du cinéma des premiers temps, vont animer un décor peuplé de multiples objets, sculptures et écrans, pour donner vie à des histoires qui ont marqué cette épopée allant du « magnétisme animal » jusqu’aux formes les plus actuelles de l’hypnose dans les cultures digitales et numériques. Du baquet de Mesmer (1782) aux expériences du docteur Charcot à l’hôpital de la Salpêtrière (1882), jusqu’à l’obsession du contrôle des esprits par les écrans qui envahissent notre quotidien, Tony Oursler, en grand virtuose de l’installation immersive, plonge le spectateur dans une expérience sensible et spectaculaire questionnant l’attention, la distraction et l’emprise du public, soit une autre manière, enjouée et décalée, ironique aussi, de dresser une histoire de la fascination dans l’art moderne.

Au croisement de plusieurs champs – histoire de l’art, histoire des sciences, culture populaire – l’exposition explore comment s’est mise en place la recherche d’un efficace de l’art dans le temps long de la modernité, en relisant, à partir du prisme de l’hypnose, le rôle de l’imagination dans l’invention et la réception des œuvres qui nous fascinent, sans oublier une part de fantaisie.

L’exposition se déroule en deux temps : un parcours historique et artistique dans le Cube en écho auquel, dans la Chapelle de l’Oratoire, l’artiste Tony Oursler propose une installation immersive.

-Parcours de l'exposition :
*Partie 1 : UN PARCOURS HISTORIQUE ET ARTISTIQUE.
Le parcours historique de l’exposition se divise en six sections, chacune mettant en avant une grande diversité de supports (peintures, gravures, photographies, vidéos …), rythmées par des projections de films (par exemple Docteur Mabuse le joueur de Fritz Lang, Anemic Cinema de Marcel Duchamp), le déroulé chronologique de l’exposition parcourt quatre siècles de liens entre l’hypnose et les arts, de Mesmer à nos jours.
SECTION 1 - Salle 1 : LE BAQUET DE MESMER
SECTION 2 - Salle 2 : LA VAGUE DES SOMNAMBULES
SECTION 3 - Salle 3 : LA LEÇON DE LA SALPÊTRIÈRE
SECTION 4 - Salles 4 & 5 : LES SOMMEILS HYPNOTIQUES (sommeils surréalistes et le syndrome Mabuse)
SECTION 5 - Salle 6 : PSYCHEDELIA
SECTION 6 - SALLES 7, 8 & 9 : L’HYPNOSE CONTEMPORAINE

*PARTIE 2 : UNE INSTALLATION IMMERSIVE DE TONY OURSLER DANS LA CHAPELLE DE L’ORATOIRE.
L’artiste américain concevra une œuvrescénographie, occupant tout l’espace de la Chapelle de l’Oratoire. L’installation, écho contemporain et psychédélique à la partie historique de l’exposition, mobilisera les techniques privilégiées par Tony Oursler : des projections vidéos animant divers supports, écrans, figurines et objets.
L’ensemble, plongé dans la pénombre et animé de multiples surfaces d’animation, forme une vaste fantasmagorie pour transformer l’espace et transporter le visiteur dans le temps et hors du temps, en l’invitant à faire l’expérience grisante d’un spectacle hypnotique.



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique