en 
 
 
cinema
Musique concerts festival actu   > sorties <

 
 

Lewis Evans : Man in a bubble

le  20/10/2017   chez ZRP/Deux Minutes Trente





Il y a comme ça des artistes qui, aux premiers abords, ne payent pas de mine mais qui, à l’écoute de leurs chansons, vous enchantent autant le cœur que l’esprit grâce à leurs ambiances musicales et leur délicatesse communicative. Lewis Evans, ex-chanteur des groupes The Lanskies et Aftersex, fait partie de ceux-là, auteur, compositeur, interprète et guitariste qui, d’origine anglaise « mélangée » dixit l’intéressé, vous transporte grâce à ses petites ballades pop/folk plutôt légères, mi-country mi-bluesy, souvent connotées rétro et parfois aux tonalités 100% U.S.
Pour son 2ème album solo (après Halfway to paradise, sorti en 2015), ce « français » quasi pure souche (il a été élève au lycée Le Verrier à Saint Lô dans la Manche !) nous dévoile 10 titres des plus agréables qui soient, des compositions qui fleurent bon la douceur ambiante clopin-clopante (Besoin d’ailleurs – interprété moitié en anglais moitié en français - ; Convinced – timbre vocal doublé -), l’esprit sautillant (Spring – le 1er single -), le côté cadencé (Somali traveller), la tendance sixties période hippie (Love gun – avec un violon et des chœurs -), l’atmosphère bluesy (Indamour – avec la participation de Juliette Armanet, plus un orgue vibrant -), le genre fanfare (Something new) ou bastringue (Man in a bubble – timbre vocal britannique très prononcé et orchestration un peu chargée -), la complainte aussi mélancolique qu’intime (All the night), et l’univers éthéré, voire primesautier (Sixty five – avec des chœurs à la Beatles -).
Bref, cet anglo-normand d’adoption débordant de vitalité nous « balance » une palette assez chatouillante et non-négligeable de morceaux à la fois colorés, bucoliques et sensibles, certes désinvoltes parfois mais toutefois bien structurés, tour à tour lumineux ou, si vous préférez, étincelants, très entraînants et, par la force des choses, particulièrement entêtants, donc accrocheurs à souhait ! Alors, que demander de plus quand on arrive à aussi bien attirer l’attention ou, du moins, captiver le plus d’auditeurs possible, je vous le demande ?...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique