en 
 
 
cinema

 
 

3 billboards – les panneaux de la vengeance

Sortie  le  17/01/2018  

De Martin McDonagh avec Frances McDormand, Woddy Harrelson, San Rockwell, John Hawkes, Lucas Hedges, Caleb Landry Jones et Peter Dinklage


Après des mois sans que l'enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l'entrée de leur ville.

Voilà exactement le genre de films qui nous réconcilie avec le cinéma, en général plus ou moins « moribond » en ces périodes hivernales – sauf pour les enfants bien sûr ! – ou bien alors à l’approche des vacances, qu’elles soient d’ailleurs de Noël ou à d’autres moments au cours de l’année ! C’est le style de long-métrage simple et efficace, où l’on ne s’ennuie pas une seconde - même s’il dure quasiment 2 heures -, tant l’histoire, une comédie dramatique parsemée de quelques scènes de violence mais aussi de situations comiques plutôt jouissives, est mâtinée de personnages truculents et de dialogues croustillants à souhait, avec une pointe d’humour bien noir qu’on aurait eu un peu de mal à imaginer dans une telle production.
On doit cette réussite à la fois aux acteurs, impayables tous autant les uns que les autres (avec en tête, Frances McDormand en vengeresse vulgaire et roublarde avec la tronche de celle à qui on ne la fait pas et donc qu’il est difficile d’intimider ; Woddy Harrelson en chef de la police directement visé qui n’assume pas ses obligations ; et surtout l’excellent San Rockwell en flic brutal, raciste et corrompue à plus d’un titre !), au scénario bien ficelé (œuvre du réalisateur lui-même, Martin McDonagh, qui a déjà officié dans ce type quelque peu déjanté de scripts avec Bons baisers de Bruges et 7 psychopathes, et qui a été justement récompensé par le Prix Orsella du Meilleur Scénario à la dernière Mostra de Venise), au montage astucieux et à la photographie subtile. Bref, que des gages de succès à la clé !
Il faut tout de même remarquer pour ne pas dire admettre que ce déroulement dans un milieu rural (une petite ville tranquille du Missouri), plus ou moins en forme enquête policière (malgré le fait que « la police ne fasse pas son boulot ! »), ne fait pas toujours dans la dentelle ni dans le respect d’autrui (entre diffamation, cas de conscience, discorde, faux espoirs, colère, et moyens musclés voire expéditifs suite à un viol puis à un meurtre non-élucidé) mais, néanmoins, qu’est-ce qu’on passe un bon moment en compagnie de ces personnages attachants, pour certains drôles et grotesques, pour d’autres touchants et émouvants ? Merci à la société de production Searchlight, filiale de la Fox, qui nous déniche si souvent des petites perles cinématographiques (souvenez-vous entre autres de The full monty, Little miss sunshine, Slumdog millionaire, Black swan, Twelve years a slave, The grand Budapest hotel, ou bien encore de Birdman !)....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique