en 
 
 
cinema

 
 

Snowden (sur Ciné + Frisson)

Sortie  le  21/02/2021  

De Oliver Stone avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley, Melissa Leo, Zachary Quinto, Tom Wilkinson, Scott Eastwood, Logan Marshall-Green, Timothy Olyphant, Ben Schnetzer, Lakeith lee Stanfield, Rhys Ifans et Nicolas Cage (sur Ciné + frisson)


Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.
Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.
En juin 2013, 2 journalistes prennent le risque de le rencontrer dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Une course contre la montre s’engage pour analyser les preuves irréfutables présentées par Snowden avant leur publication.
Les révélations qui vont être faites dans cette pièce seront au cœur du plus grand scandale d’espionnage de l’histoire des États-Unis.


Le réalisateur Oliver Stone a toujours eu un sens critique très développé, lui qui est depuis longtemps un contestataire dans l’âme, à travers notamment ses nombreux films d’une manière ou d’une autre polémiques, voire controversés, égratignant constamment au passage telle liberté bafouée ou telle vérité pas très belle à dire (souvenez-vous de Salvador, Platoon, Wall Street, Né un 4 juillet, L’enfer du dimanche, sans oublier les biopics que furent W. - L'improbable Président, Nixon ou bien encore JFK !).
C’est donc tout naturellement qu’il nous embarque cette fois-ci dans un autre sujet brûlant, une affaire très récente tirée d’un fait réel (qui remonte il y a seulement 3 ans), en un mot, un autre « scandale » encore tout chaud adapté de 2 livres (The Snowden files : the inside story of the world’s most wanted man, du journaliste Luke Harding, et Time of the octopus de Anatoly Kucherena), celui du cas Snowden ou, si vous préférez, des révélations d’un jeune contractuel, ingénieur système, conseiller, analyste au département d’état et chargé du contre-espionnage U.S. – bref, un petit génie des ordinateurs ! - en pleine remise en question face au gouvernement américain (« on peut être patriote sans approuver ses dirigeants ») et en prise avec sa propre conscience devant les agissements et autres abus commis par les plus importants organismes de surveillance de son pays, au point d’avoir révéler ou plutôt dénoncer à la Terre entière les incohérences de tout un système (« informer le public pour qu’il se fasse une opinion »).
Pour endosser le rôle plutôt écrasant, omniprésent à l’image pendant 2h15 (que l’on ne voit même pas défiler une minute !), de ce super informaticien défenseur des droits et de l’intimité de chacun, il a choisi Joseph Gordon-Levitt (Inception ; Looper ; Lincoln ; Don Jon ; Sin City : j’ai tué pour elle ; The walk) qui porte littéralement sur ses épaules ce drame sous tension, à la fois intelligent, poignant et passionnant, allant jusqu’à essayer de ressembler au vrai protagoniste (que l’on découvre d’ailleurs à l’écran au final) avec une tête à la Harry Potter adulte, les lunettes comprise. A ses côtés, sa fiancée interprétée par Shailene Woodley (vue récemment dans Divergente 1 & 2 et Nos étoiles contraires) tient parfaitement la route, tout comme la présence de Rhys Ifans en instructeur en chef (pour une fois dans un emploi sérieux !) et Nicolas Cage en professeur d’informatique (moralisateur et donneur de leçon comme d’habitude !).
Sans vouloir d’aucune façon être un film pourfendeur portant un jugement aussi critique qu’accablant sur les manœuvres fomentées par un état, pardon, par les Etats (-Unis) comme le fait si souvent le documentariste Michael Moore, cette production aussi intrigante que palpitante a pour « mission avant tout » de nous ouvrir les yeux, de nous éclairer sur les manigances, machinations et autres méfaits ourdis par des administrations gouvernementales peu scrupuleuses qui, grâce à des logiciels et interfaces de plus en plus puissants et sophistiqués, sont capables de mettre en place des programmes de surveillance de masse on ne peut plus douteux en ratissant large (autant les communications des téléphones portables que les mails des ordinateurs via internet) afin de dominer économiquement et politiquement les autres pays, le terrorisme devenant simplement un prétexte pour de telles combines.....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique