en 
 
 
cinema

 
 

Man of Tai Chi (sur Ciné + Frisson)

Sortie  le  16/04/2021  

De Keanu Reeves avec Keanu Reeves, Tiger Hu Chen, Simon Yam, Iko Uwais, Karen Mok, Silvio Simac et Michael Chan


Tiger, un talentueux combattant de Tai Chi, livreur en dehors du ring, se voit offrir des combats excessivement rémunérés par un riche entrepreneur à Hong-Kong. Pour sauver le temple de son maître et faire reconnaître le Tai Chi comme discipline de combat, le jeune Tiger ferme les yeux sur la légalité de ces rencontres et tombe sous le joug de Donaka Mark, son étrange et mystérieux bienfaiteur.

Pour sa toute première réalisation, Keanu Reeves passe des 2 côtés de la caméra dans une production autour des arts martiaux et plus particulièrement un, le Tai Chi. Sans être uniquement une présentation de cet art martial chinois ancestral d’inspiration taôiste, ressemblant plus en réalité à une gymnastique de santé méditative à la fois lente et réfléchie, très pratiquée dans le monde, plutôt qu’à un véritable sport de combat défensif tel qu’on se l’imagine, il est aussi et surtout ici question d’un film d’action avec des entrainements chorégraphiés comme des ballets (grâce à Yuen Woo-Ping, responsable des cascades vues dans la trilogie Matrix, les 2 volets de Kill Bill, et dernièrement dans The grandmaster de Wong Kar-Wa), des matchs sportifs retransmis à la télévision et des combats clandestins d’une grande précision, le tout sur fond d’une enquête policière et d’un méchant organisateur interprété par Keanu Reeves lui-même.
Fort est de constater qu’il essaye d’y mettre beaucoup de - bonnes mais néanmoins modestes - volonté(s), notamment à travers un scénario poussif et rabâché depuis bien longtemps, une mise en scène des plus classiques qui soit, presque entièrement joué en chinois, des situations prévisibles déjà maintes fois vus à l’écran (entre autres les passes acrobatiques délirantes et les coups tout en retenue lors des différents combats), des bons sentiments à la pelle (un jeune héros quelque peu naïf, un guerrier au cœur pur et plein de bonté envers les autres qui, dans un élan de lucidité et une attitude contraire, refuse de continuer à participer à ce jeu – de massacre - mortel même s’il commence à y prendre goût), des belles phrases toutes faites bien chargées de sagesse et de méditation (« tu dois dissiper ton trouble pour te retrouver »), et dans des lieux certes fort luxueux mais complètement aseptisés (le bureau et l’appartement de Keanu Reeves), ainsi qu’une représentation de sa personne des plus raides, figées et rigides possibles, l’air toujours impassible et énigmatique – comme dans la plupart de ses films précédents tel que Matrix d’ailleurs ! - avec la parole souvent creuse réduite à sa plus simple expression où seulement un regard ou un mot suffit.
Le seul mérite revient à son « adversaire », Tiger Hu Chen (il a été le coach personnel de Keanu Reeves sur les fameux Matrix), qui impressionne lors de ses nombreuses rencontres pour le moins énergiques, où tous les styles d’arts martiaux comme tous les gabarits de combattants y passent, et cela malgré sa petite taille et sa drôle de coupe de cheveux. De là à dire qu’on va découvrir le nouveau Bruce Lee avec une sacrée tignasse, il y a une certaine marge, voire un grand pas ! Quoi qu’il en soit, les aficionados de castagnes et autre adeptes de tatanes à la mode hongkongaise y trouveront tout de même leur compte dans ce dédale de coups convenus, finalement pas si violents que cela.

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique