en 
 
 
cinema

 
 

Prometheus (sur Ciné + Premier)

Sortie  le  13/03/2021  

De Ridley Scott avec Michael Fassbender, Charlize Théron, Noomi Rapace, Idris Elba, Patrick Wilson, Guy Pearce, Rafe Spall et Logan Marshall-Green (sur Ciné + Premier les 13, 18 et 20/03)


Une équipe d’explorateurs découvre un indice sur l’origine de l’humanité sur Terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu’aux recoins les plus sombres de l’univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l’avenir de l’humanité les attend.

Alors, va-t’on avoir enfin une réponse, du moins une explication sur la présence de cet extraterrestre géant, créature humanoïde fossilisée appelée « space jockey » dans son siège pour le moins démesuré, que l’on découvrait au tout début d’Alien (le 8ème passager), film autant d’horreur que de science-fiction et premier d’une longue série ? C’est d’ailleurs ce point de départ qui a poussé son génial réalisateur et pionnier en la matière, le fameux Ridley Scott, 33 ans après l’un de ses plus célèbres chefs-d’œuvre (avec notamment Blade runner) devenu un classique du genre, à inventer une espèce de « suite » en revenant aux origines de cette franchise particulièrement audacieuse, ô combien passionnante à plus d’un titre et véritablement captivante en tous points.
Cette fois, il a créé toute une mythologie autour de questions fondamentales que l’on peut se poser sur notre vie terrestre (entre autres d’où l’on vient exactement ?), un moyen comme un autre d’espérer faire la plus grande découverte ou du moins la plus grande avancée de l’histoire de l’humanité qu’il soit possible d’imaginer. Et si l’on pouvait rencontrer son créateur ou plutôt ces « ingénieurs » qui nous ont façonné (nom donné par l’un des scientifiques, interprété par la suédoise Noomi Rapace vue dans la saga Millénium et Babycall, parti en voyage futuriste dans une grande expédition au fin fond de l’univers pour une mission scientifique intrigante), ou si vous préférez celui (ou ceux) qui nous a « inventé », voire « engendrer » au départ ? Vaste question que cette production d’envergure, aussi conséquente que saisissante, va essayer de résoudre, voire d’apporter une solution à de sombres indices comme de donner un sens à toutes ces interrogations à la fois existentielles et métaphysiques sur nos origines.
Donc, ce prequel – très à la mode ces temps-ci ! – va-t’il nous permettre de connaître la vérité ou une partie de celle-ci ? Oui et non, pas complètement mais suffisamment pour nous inciter à assister à une sorte de « rencontre du 3ème type » avec une race inconnue qui possède bizarrement le même ADN que nous. Une confrontation d’ailleurs pas vraiment de tout repos mais qui nous garde éveillé 2 bonnes heures durant lesquelles une quinzaine de passagers d’un vaisseau d’exploration scientifique (très proche de ceux dessinés par le célèbre illustrateur de science-fiction anglais Chris Foss) vont faire des découvertes on ne peut plus incroyables et passer un mauvais « ¼ d’heure » en leur compagnie (l’opération chirurgicale étant l’un des exemples les plus probants).
Même si l’histoire et la mise en scène ressemblent pour beaucoup à celles du premier volet de la saga Alien (même unité de lieu sur une planète inconnue et inhospitalière, même configuration scénaristique à la manière des 10 petits nègres d’Agatha Christie, même type d’équipage mis à rude épreuve entre explorateurs, ingénieurs, techniciens et…androïdes, mêmes conséquences rédhibitoires sous forme de « pandémie » galopante, même type d’armes pour se défendre – un lance-flammes -, et même type de survivant-e- à la Ellen Ripley au final), il ne faut pas oublier que cette nouvelle version évolutive se devait de correspondre en tous points similaires à l’univers de sa « suite » originale. Il semble que Ridley Scott se soit bien amusé à vouloir à nouveau faire frémir en 3D, tendance oblige, toute une nouvelle génération de spectateurs en mal de sensations fortes qui auront droit bien évidemment à quelques frayeurs et autres scènes éprouvantes…..

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique