en 
 
 
cinema

 
 

L’assaut (sur Canal + Grand Ecran)

Sortie  le  30/05/2024  

De Julien Leclercq avec Vincent Elbaz, Gregori Berangère, Mélanie Bernier, Aymen Saïdi, Marie Guillard et Chems Dahmani (les 30/05 + 03 et 07/06)


4 terroristes du GIA prennent en otage à Alger l’Airbus A-300 d’Air France reliant la capitale algérienne à Paris et les 227 personnes présentes à bord. Personne ne connaît leurs intentions : ils sont armés et apparaissent extrêmement déterminés.
Nous sommes le lundi 26 décembre 1994, il est 3h33 du matin, quand l’Airbus atterit à Marseille-Marignane. 3 personnages, Thierry, un soldat du GIGN, Carole Jeanton, une technocrate ambitieuse et Yahia Abdallah, un Djihadiste déterminé sont au cœur de l’évènement. Leurs logiques vont s’affronter jusqu’au dénouement final.
Devant 21 millions de téléspectateurs, l’assaut du GIGN va mettre un terme à cette prise d’otage sans précédent dans l’histoire du terrorisme….mais annonciatrice des terribles évènements du 11 septembre 2001.


Nous aussi, nous avons eu sur le sol français notre attentat terroriste sanglant, bien avant celui du 11/09/2001 aux Etats-Unis beaucoup plus terrible et meurtrier, et il fallait bien qu’un jour, on nous le relate au cinéma ! Voilà chose faite avec ce film qui retrace pratiquement heure par heure les préparatifs et le (bon) déroulement des opérations, autant du côté des troupes d’élite du GIGN, surentraînés et prêts à intervenir à n’importe quel moment, que de celui du commando islamiste, des terroristes bien décidés se revendiquant du GIA, qui n’arrêtent pas de s’autoproclamer Les soldats de la miséricorde et passent le plus clair de leur temps à prier dans l’avion détourné entre 2 exécutions.
Là-dessus viennent se greffer la destinée de 3 personnes lors de cet incident dramatique, chacun ne se connaissant pas mais étant étroitement lié aux évènements qui se déroulent devant leurs yeux. C’est l’occasion de découvrir Vincent Elbaz dans le rôle d’un soldat du GIGN plutôt autodestructeur, certes père de famille mais premier à vouloir essuyer les plâtres. Il a beau être assez convaincant dans la peau du gars qui veut en découdre coûte que coûte avec autrui, il n’est pas vraiment représentatif de celui qui, dans cette profession à haut risque, doit impérativement éviter d’agir à visage découvert pour ne pas être reconnu (2 erreurs : il enlève sa cagoule après une intervention musclée, et il revient chez lui habillé en tenue de travail, pardon, de combat).
Si Aymen Saïdi, qui interprète le chef des terroristes, est tout à fait vraisemblable (avec la tête de l’emploi), on a un peu de mal à croire au jeu quelque peu forcé de Mélanie Bernier qui en fait beaucoup trop pour être totalement honnête et crédible en secrétaire modèle particulièrement zélée, voire même sacrément culottée, prenant des initiatives comme des directives sans l’aval de ses supérieurs, déboulant sans crier gare en pleine salle de réunion en cellule de crise et se levant pour répondre à leur place au sein d’un ministère. Dans ce milieu que l’on imagine ultra hiérarchisé, c’est un peu dur à avaler !
Quoi qu’il en soit, on suit avec intérêt les pérégrinations de tout ce petit monde à travers cette reconstitution faussement documentaire en image sépia, remplie d’extraits d’actualité d’époque à l’appui et de ralentis, mais vraie publicité grandeur nature, un peu comme celles télévisées qui tentent d’inciter les jeunes à s’engager dans un corps d’armée. Malheureusement, on ne pourra pas échapper aux clichés d’usage, du style prise de conscience fort accentuée de la part de l’épouse du soldat lorsque ce dernier part en mission.
Au final, L’assaut est plus un film d’action tendu (bien que prévisible d’avance !) qu’un semblant d’étude plus ou moins profonde des comportements humains (et psychologiques) de ses différents protagonistes en temps de crise. Bref, juste un (bon) moyen de se rappeler que ce fait divers a bien failli finir en crash sur Paris et nous coûter peut-être la destruction de la Tour Eiffel, cible supposée de ces fous d’Allah !

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique