en 
 
 
cinema

 
 

Fast & furious X (Canal + Box Office)

Sortie  le  22/05/2024  

De Louis Leterrier avec Vin Diesel, Michell Rodriguez, Jason Momoa, Tyrese Gibson, Ludacris, John Cena et Nathalie Emmanuel (les 22/05 + 04 et 14/06)


Après bien des missions et contre toute attente, Dom Toretto et sa famille ont su déjouer, devancer, surpasser et distancer tous les adversaires qui ont croisé leur route. Ils sont aujourd’hui face à leur ennemi le plus terrifiant et le plus intime : émergeant des brumes du passé, ce revenant assoiffé de vengeance est bien déterminé à décimer la famille en réduisant à néant tout ce à quoi, et surtout à qui Dom ait jamais tenu.
Dans FAST 5 en 2011, Dom et son équipe avaient fait tomber l’infâme ponte de la drogue brésilienne, Hernan Reyes, en précipitant son empire du haut d’un pont de Rio De Janeiro. Ils étaient loin de se douter que son fils Dante, avait assisté impuissant à la scène et qu’il avait passé ces douze dernières années à échafauder le plan infernal qui exigerait de Dom un prix ultime.
Dante va débusquer et traquer Dom et sa famille aux quatre coins du monde, de Los Angeles aux catacombes de Rome, du Brésil à Londres et de l’Antarctique au Portugal. De nouvelles alliances vont se forger et de vieux ennemis réapparaitre. Mais tout va basculer quand Dom va comprendre que la cible principale de Dante n’est autre que son fils à peine âgé de 8 ans.


Comme toute franchise de cette ampleur et saga qui se respecte, les différents chapitres se suivent et tentent de ne pas trop se ressembler entre eux. Certes, elle repose principalement sur des poursuites infernales, aussi improbables que possible, en voitures rutilantes et autres engins motorisés pour le moins incroyables, dans des lieux plus beaux et exotiques les uns que les autres disséminés aux 4 coins du globe, avec des personnages toujours hauts en couleur et aux gros bras bien musclés, à la fois sympathiques, décontractés, rieurs et frimeurs, jamais à courts d’idées ni en manque d’opportunités et encore moins de petites phrases moralisatrices toutes faites (« Il faut avoir la foi »).
Le tableau étant ainsi dressé, chaque nouvel épisode apporte son (gros) lot de courses folles, de bolides d’exception (Dodge Charger Daytona Banshee Srt ; Nissan Z 2023 ; coupé DeLorean ; Pan America 2022 de Harley Davidson ; Pagani 2022 ; Datsun 240Z 1971 ; Coupé Hennessy Venom F5), de voyages dans des contrées fort lointaines (du nord au sud et de l’est à l’ouest), sans oublier de braquages impensables, de bagarres nourries, d’explosions faramineuses et de méchants au pouvoir démentiel. Cette fois encore, tout est réuni pour nous en mettre plein la vue dans une surenchère de voitures embouties et de destructions massives. Pendant 2h15, pas une seule minute de répit : de quoi vous mettre la tête à l’envers et les prunelles sans dessus dessous !
A croire que les scénaristes se sont amusés pour ne pas dire défoulés (avec 340 millions de budget à la clé quand même !) à imaginer des « trucs de ouf » encore plus invraisemblables que précédemment (et cela depuis maintenant 23 ans !), des bombes comme on en fait plus style sous-marine de la seconde guerre mondiale, des protagonistes soient « ressuscités » (Charlize Théron) soient présents en forme de clin d’œil (Helen Mirren ; Jason Statham), des intervenants caricaturaux au possible (ici, le « bad boy » interprété par Jason Momoa – vu dans Batman vs Superman, Justice league et Aquaman - est plutôt énervant, égocentrique comme ce n’est pas permis, d’un grotesque patenté voire d’un ridicule affiché !) et des traîtres parmi « La famille », le tout sur fond d’une BO tellement entraînante qu’elle nous ferait presque nous lever et danser sur nos chaises.
En parlant de « famille », Vin Diesel (qui s’est fait une tête à la Bruce Willis) et les autres sont de retour pour le meilleur – et peut-être le pire ! -, tous ciblés par un nouveau « vilain » très dur et très cruel qui va essayer de détruire ceux et celles qu’ils aiment, enfant compris. Pour connaître le bon déroulement des opérations jusqu’à la phase finale de cette « dernière course » (gagnante ou pas ?), il faudra patienter encore un peu, au moins un nouveaux volet à venir que l’on suppose déjà plein de rebondissements et de « sens du sacrifice », succès oblige de cette série débutée en 2001 !

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique