en 
 
 
cinema

 
 

Ticket to paradise

Sortie  le  05/10/2022  

De Ol Parker avec Georges Clooney, Julia Roberts, Kaitlyn Dever, Maxime Bouttier, Lucas Bravo et Billie Lourd


Un couple séparé est réuni pour tenter d’empêcher leur fille de commettre la même erreur qu’eux jadis : céder au coup de foudre.

Julia Roberts d’un côté, George Clooney de l’autre, et voilà une affiche qui promet une belle « réunion » dite explosive au sommet, celle de 2 superstars américaines qui n’avaient plus jamais tourné ensemble depuis bien longtemps (la saga Ocean’s), ou plutôt depuis Money Monster en 2016. Les voilà réunis dans une comédie romantique dont les réalisateurs américains savent « si bien » en faire et dont le public U.S. raffole tellement. C’est Ol Parker (Now is good ; Mamma mia : Here we go again) qui s’y colle et on peut dire que tous les ingrédients et autres codes sont respectés à la lettre : une histoire certes assez prévisible et cousue de fil blanc (autour d’une rencontre assez improbable) mais avec des réparties justes – du tac au tac - qui fusent souvent, des décors dépaysants (essentiellement tournés à Bali) avec des vues paradisiaques – d’où le titre du film d’ailleurs ! -, ainsi que des acteurs et actrices hauts en couleur qui, s’ils se lâchent et cabotinent un tant soit peu, s’en donnent à cœur-joie pour notre plus grand bonheur et ça se voit à l’écran (surtout à travers le regard et les mimiques de George) !
Il est question ici de l’éternelle rivalité entre homme et femme avec son lot de mauvaise foi et de dérapages (in)contrôlés, de coups bas en veux-tu en voilà, de pacte de « non-agression » (mais pour combien de temps ?) et d’« opération sabotage » dans les règles du 7ème art. Là-dessus, il faut rajouter quelques séquences croustillantes (la soirée arrosée « Arrak-pong »), d’autres plus sentimentales (« émotions » quoi !) ou alors de réflexions (notamment des messages sur la tolérance à avoir quand il s’agit d’un couple mixte).
On s’amuse beaucoup à les voir se chamailler et se disputer comme des enfants gâtés – « la seule chose sur laquelle ils s’accordent, c’est leur fille ! « -, laissant peu de place aux autres pour s’exprimer vraiment, du moins, pour réussir à crever l’écran (Kaitlyn Dever, vue dans Men women & children et Detroit ; Maxime Bouttier dont c’est le 1er film ; Lucas Bravo apparu dans La crème de la crème et On voulait tout casser ; sans oublier Billie Lourd, présente dans Star wars VII, VIII & IX). C’est exactement le style de production qui se laisse voir sans prétention ni se prendre la tête une seconde (on pense à Eyjafjallajökull qui abordait déjà le même thème, celui de la détestation sans borne d’un couple, obligé de faire un bout de route ensemble), qui rafraîchit l’atmosphère (George avait déjà goûté à cette ambiance sur l’île Kauai – dans l’archipel d’Hawaï – lors du tournage de The descendants en 2011) et pour laquelle on aimerait bien, nous aussi, partir pour aller convoler là-bas !

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique