en France enti��re
 
 
cinema

 
 

Minority report (sur Cin + Premier)

Sortie  le  07/04/2023  

De Steven Spielberg avec Tom Cruise, Colin Farrell, Samantha Morton et Max Von Sydow (les 07, 08, 10, 14, 17, 19 et 27/04)


Washington, 2054. La socit du futur a limin le meurtre en se dotant du systme de prvention/dtection/rpression le plus sophistiqu du monde. Dissimuls au cur du Minisyre de la Justice, 3 extra-lucides captent les signes prcurseurs des violences homicides et en adressent les images leur contrleur, John Anderton, chef de la Prcrime. Muni de toutes les informations ncessaires sur les circonstances du forfait potentiel, celui-ci na plus qu lancer son escouade aux trousses du coupable. Devenu justicier aprs la disparition tragique de son fils, Anderton sest investi avec passion dans sa tche, convaincu que la Prcrime serait le meilleur remde sa douleur et la rponse la plus adapte aux obsessions scuritaires de ses concitoyens. 6 ans ont pass et il est plus certain que jamais de la validit de ce systme miracle que le gouvernement se propose dappliquer lchelle nationale. Cest alors que se produit limpensable : lordinateur lui renvoie sa propre image. Dici 36 heures, Anderton aura assassin un parfait tranger. Devenu la cible de ses propres troupes, Anderton prend la fuite. Son seul espoir pour djouer le complot : dnicher sa future victime. Sa seule arme : les visions parcellaires, nigmatiques, de la plus fragile des Pr-Cogs, Agatha. En passant de lautre ct de la barrire, en plongeant dans le monde obscur de la cit, Anderton dcouvre du mme coup les aberrations malfiques, les failles par trop humaines du systme quil a contribu btir. Et comprend quil lui faudra, pour rester en vie, oprer des choix radicaux et sacrifier ce qui lui tait le plus prcieux

Un petit voyage dans la science-fiction et le futur na jamais fait de mal personne et encore moins nos mirettes et nos neurones ! Et comme le ralisateur Steven Spielberg aime bien lui aussi ce style de ballades (E.T., Rencontres du 3me type, La quatrime dimension, Intelligence artificielle), raison de plus pour ne pas en profiter un peu loccasion. Autant vous le dire tout de suite, il y a dans cette nouvelle production aussi bien des bonnes choses que des mauvaises, et nous allons vous les numrer comme il se doit.
Commenons par le meilleur : le scnario est vraiment original et lhistoire tient bien la route, au point dtre rapidement merveill par son contenu visionnaire. Par rapport Intelligence artificielle, crit par feu le gnial Stanley Kubrick mais massacr par Spielberg, il sen est bien sorti cette fois-ci ! Bas sur une nouvelle de Philip K. Dick (souvenez-vous de Blade runner !), ce film noir complexe, doubl dune sorte de thriller psychologique mystrieux et nigmatique, sort des sentiers battus et offre aux spectateurs une vision futuriste par petites touches tout fait crdibles et inattendues de ce que sera notre proche avenir. Il faut se rendre lvidence : les effets spciaux et visuels, comme les amples dcors urbains, et les nombreuses ides, censes reprsenter notre socit de consommation de demain, sont plutt russis. En effet, il faut voir avec quelle jubilation, Spielberg a piment sa ralisation dune grande extension du monde actuel, avec des voitures magntiques et autoguides sur des autoroutes aussi bien horizontales que verticales, des crans vidos segments o lon peut choisir et extraire les squences ou les images voulues, des intrieurs high-tech new-look avec tous les gadgets qui sy rapportent, une prison rvolutionnaire o les assassins sont confins dans des tubes pneumatiques, des publicits virtuelles qui sadressent directement aux consommateurs par leur nom, et des journaux papiers holographiques o les nouvelles apparaissent au fur et mesure que lactualit se dveloppe. Il est vrai que ses prouesses techniques et ses lments organiques ne manquent pas dexcentricit et donnent une image relle de ce qui nous attend dans quelques annes.
On aurait pu craindre ici quelques rminiscences dIntelligence artificielle, mais heureusement, il nen est rien, sauf peut-tre certains trucages comme les flics volants qui sont belle et bien suspendus des filins (et a se voit car cela manque de naturel !). A part cela, nous sommes plong dans une aventure hallucinante, la fois palpitante et machiavlique, qui nous entrane dans une folle et cauchemardesque course-poursuite contre la montre o le hros principal, traqu pour un meurtre quil na pas encore commis, doit se disculper avant que le mfait ne se produise. Cest Tom Cruise qui sy colle en pauvre policier innocent qui veut sauver sa peau du traquenard dans lequel on la foutu. Avec son nom en tte daffiche, cest un peu comme si Spielberg avait ralis Mission Impossible 3 ! Dailleurs, on retrouve dans Minority report, o Tom Cruise porte son ternel tee-shirt noir de circonstance, exactement les mmes situations, les mmes priples et les mmes combats, les ralentis en moins. Quimporte, lhistoire est enrichie de personnages secondaires charismatiques, dont certains ont mme des pouvoirs de mdium qui leurs permettent de voir des crimes potentiels de sang qui doivent se produire dans les prochaines heures. Alors, a change tout !
Ceux qui tirent leur pingle du jeu sont essentiellement Colin Farrell (The war zone, Ordinary decent criminal, Tigerland, Mission vasion) en expert dvot et fouille-merde asserment (qui au dpart devait tre jou par Matt Damon), Samantha Morton (Accords et dsaccords, Under the skin, Jesusson) en voyante extra-lucide qui barbote dans un liquide ftal, et Max Von Sydow (Lexorciste, Les 3 jours du condor, Jamais plus jamais, Dune, Hannah et ses surs, Pelle le Conqurant, Jusquau bout du monde, Europa, Les meilleurs intentions, Au-del de nos rves) en super-boss manipulateur et protecteur ambigu. Ce qui peut gner en ralit, cest le fait que Steven Spielberg veut absolument satisfaire son public et il en rajoute ici et l dune manire soit excessive, soit trop explicite. Il souligne trop les dtails, sternise sur des clichs, arrondit les angles et explique les intrigues le plus souvent possible pour mieux faire comprendre aux amricains de quoi il en retourne. Cest comme sil sadressait uniquement des enfants !
On en veut Spielberg davoir dpeint ce futur aseptis en se laissant embarqu dans une certaine facilit au lieu de laisser rflchir le spectateur, et davoir inclus des situations la limite du grotesque pour soi-disant pimenter ses films (lchappe des yeux de Tom Cruise, ses globules ensanglants roulant dans lenceinte du Ministre de la Justice, son visage dform comme celui quil arbore dans le film Vanilla sky). Cest comme cette opration rtinienne qui est aussi farfelue que de voir quelquun, qui lon vient de greffer des ailes, voler dans les airs. Et puis, public U.S. oblige, il ne pouvait pas finir son film sans un heureux happy end lamricaine, traditionnel et mme obligatoire, la femme de Tom Cruise de nouveau enceinte aprs quils aient perdu leur fils il y a 6 ans, pour dire que la boucle est boucle et que tout est enfin rentr dans lordre.
En fait, Spielberg nest plus linnovateur quon aimait tant et Tom Cruise, plus lacteur surprenant qui nous impressionnait. Il nous reste juste de quoi nous divertir (tout de mme 2h25 !) en nous rabattant sur quelques bonnes astuces cinmatographiques originales qui ne duperont bientt plus personne, dici peut-tre une petite dizaine dannes. Le gros problme du cinma actuellement, cest que des scnarios palpitants, il ny en pas tant que cela, et si Mr. Spielberg samuse les adapter, grands renforts de pouvoir (propritaire du studio Dreamworks qui produit ce film), moyennant un budget adquate et un savoir-faire dj reconnu, on va avoir un moment ou un autre des remontrances lui faire, comme on le fait depuis quelques temps notre Spielberg franais, Luc Besson !

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique