en 
 
 
cinema

 
 

The room (en VOD)

Sortie  le  14/05/2020  

De Christian Volckman avec Olga Kurylenko, Kevin Jannsens, Joshua Wilson, John Flanders, Francis Chapman, Vince Drews et Marianne Bourg


Kate et Matt quittent la ville pour s'installer à la campagne dans une grande maison isolée et délabrée. Peu après leur déménagement, ils découvrent une chambre qui a le pouvoir d'exaucer tous leurs désirs...

Ca démarre comme beaucoup voire la plupart d’autres films dit de genre (ici, fantastique pour être plus précis !) : plusieurs citadins, couple ou famille, arrivent pour emménager dans une demeure loin de tout, perdue au beau milieu de nulle part. S’en suit alors la découverte d’un lieu bizarre – cette fois, une chambre dérobée, cachée derrière du papier-peint et sans aucune fenêtre – aux origines macabres (les anciens propriétaires ont été retrouvés tués à l’intérieur) et c’est le début des ennuis qui commence. Si le concept scénaristique de base est connu de tous, du moins, d’un bon nombre d’entre vous, la suite, aussi incroyable voire invraisemblable qu’elle puisse paraître aux premiers abords, possède néanmoins un certain nombre d’ingrédients intéressants non-négligeable.
D’abord, le fait que cette habitation ou plutôt cette « room » (véritable caverne d’Ali Baba, « imprimante en 3D géante et personnage à part-entière) est dotée de fabuleux pouvoirs, ceux de réaliser n’importe quel vœu formulé, qu’il soit matériel ou non, bien au-delà de ce qu’on peut imaginer. D’où quelques séquences totalement délirantes limite fantasmées où ils s’amusent à se servir de ces souhaits à bon, pardon, trop escient, chacun s’adonnant à ses plaisirs comme à ses désirs les plus fous. Passé ce moment euphorisant, place à la réflexion et à la demande la plus improbable possible : avoir un enfant. Et là, c’est parti pour un dérapage en bon et due forme, une opposition en règle entre les 2 protagonistes principaux, chacun à l’opposé de l’autre face à ce bébé, puis cet ado avant de devenir adulte (une « illusion » ?), qui va semer le doute, la frayeur et la zizanie au sein de ce jeune couple. Dans tout engagement de la sorte, il y a forcément toujours un prix (fort) à payer !
Interprété par Olga Kurylenko (James Bond – Quantum of Solace ; A la merveille ; Oblivion ; L’empereur de Paris ; Les traducteurs) et Kevin Jannsens (Revenge ; Les confins du monde ; Lukas), ce thriller de fiction ne manque pas de ressorts narratifs malgré un huis-clos quasi permanent, ni d’astuces visuels fort heureusement sans gros effets spéciaux. Sans être effrayant, ni angoissant et encore moins « flippant » mais juste tendu, on se laisse guider limite happer par les différentes étapes par lesquelles ce petit monde va évoluer, s’égarer pour mieux revenir à un final plutôt assez original. Une bonne surprise sans aucune prétention qui nous vient directement de Belgique : le réalisateur Christian Volckman nous avait déjà offert Renaissance tout en animation et dessiné en noir & blanc...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique