en 
 
 
cinema

 
 

Edmond (sur Ciné + Emotion)

Sortie  le  22/05/2024  

De Alexis Michalik avec Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Lucie Boujenah, Alice de Lenquesaing, Clémentine Célarié et Igor Gotesman (les 22, 24 et 27/05 + 02 et 08/06)


Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

La pièce de théâtre était déjà formidable, il n’y avait donc aucune raison pour que son adaptation au cinéma soit mauvaise ou du moins ratée, d’autant plus que c’est son auteur Alexis Michalik, récompensé par 5 Molières en 2017, qui en est le réalisateur (et aussi l'acteur, ici en Georges Feydeau naturellement) ! Et d’ailleurs, il ne pouvait en être autrement tant ce scénario – d’abord prévu pour être un film mais le projet ne s’est pas concrétisé finalement - se devait d’être à l’image de son œuvre originale sur les planches qui tient encore l’affiche du théâtre du Palais-Royal pour la 4ème saison consécutive.
De toute façon, tout est réuni pour que cette production soit une réussite totale, de par son histoire – un hommage au théâtre « en vers » au sein d’un théâtre -, sa mise en scène – ça virevolte, ça bouge, ça tournoie, ça transpose (de la scène à la réalité pour mieux y revenir) et ça embobine aussi à tout va ! -, son casting - Thomas Solivérès excellent en Edmond Rostand qui doit constamment improviser pour trouver l’inspiration rapidement, Olivier Gourmet parfait en Constant Coquelin sûr de lui et plein de panache, Mathilde Seigner superbe en comédienne capricieuse et tyrannique à souhait, Tom Leeb idéal en jeune et beau comédien ami d’Edmond, Lucie Boujenah admirable en muse platonique d’Edmond dans leur relation épistolaire, Alice de Lenquesaing admirable en épouse de ce dernier, et Clémentine Célarié génial en grande Sarah Bernhardt -, sans oublier sa reconstitution d’une époque révolue – Paris à la fin du 19ème siècle avec son Moulin Rouge, son french-cancan, ses bordels et ses théâtres (Renaissance, Saint-Martin, Comédie Française et Palais-Royal bien sûr !).
Pour son 1er long métrage librement inspiré de la vie d'Edmond Rostand (auteur du célébrissime Cyrano de Bergerac), on peut dire sans hésiter qu’Alexis Michalik a (encore) réussi un coup de maître, sachant subtilement garder du rythme sans faire dans la précipitation – tout comme ses créations au théâtre -, placer des intrigues secondaires parallèles qui se tiennent - sans qu’elles ne prennent le pas sur la base du script -, jouer sur des quiproquos et des rebondissements - pour amener petit à petit le projet à maturité -, et surtout insuffler la même émotion qui se dégageait déjà dans la pièce. Bref, c’est léger sans être ampoulé, enjoué sans être redondant, plein de beauté, d’esprit, de courage, d’héroïsme, d’amour également (« seul compte le désir ! »). A se demander parfois où va se loger, se nicher ou se cacher tant de prouesses narratrices chez une seule et même personne !...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique